Actualités : www.lappelafricain.com  / Economie
Le gouvernement ordonne le remplacement des responsables de la DGDA au Katanga

Le ministre des Finances, Henry Yav Mulang, a instruit le directeur général de la Direction générale des douanes et accises (DGDA) de remplacer « sans délais » tous les responsables de cette régie financière au Katanga « à tous les niveaux et à tous les postes douaniers ». Cette décision a été annoncée après la visite du Premier ministre, lundi 12 janvier, au poste douanier de Kasumbalesa.

Matata Ponyo y a déploré la fraude généralisée dans le dédouanement des marchandises, le laisser-aller, la complaisance et le désordre qui prévalent à ce poste douanier.

Henry Yav Mulang a notamment instruit le directeur général de la DGAD de désigner un nouveau directeur provincial de cette régie financière au Katanga.

Annonçant sa décision, le ministre des Finances a déclaré :

« Je viens, après consultation de la direction générale de cette régie, d’instruire le directeur général de la DGDA de prendre immédiatement les mesures suivantes :

1. procéder sans délai à la désignation d’un nouveau directeur provincial à la tête de la DGDA/Katanga

2. effectuer sans tarder au sein du poste douanier de Kasumbalesa un changement de tous les chefs de division exerçant les fonctions de sous-directeur ou d’inspecteur, de tous les chefs de bureau assumant les fonctions de contrôleur ou de receveur principal ainsi que de tous les attachés de bureau de première classe exerçant les fonctions de vérificateur ou de receveur

3. étendre ces changements à tous les autres postes douaniers de la province du Katanga tel Kalemie, Dilolo, Kolwezi, etc. »

Par ailleurs, le ministre des Finances a procédé à la nomination de nouveaux responsables provinciaux à la Direction générale des impôts (DGI) et à la  Direction générale des recettes administratives, domaniales, judiciaires et de participation (DGRAD) au Katanga.

Alors qu’il était ministre des Finances, Matata Ponyo avait dénoncé en avril 2010 la fraude douanière au poste frontalier de Kasumbalesa.

«Tout le monde sait qu’on importe du sucre que l’on fait dédouaner comme du sel. Tout le monde sait qu’on importe du carburant pour les produits miniers alors qu’on l’utilise sur le marché local. Et tout le monde sait que des camions restent à la frontière pendant des jours avant de disparaître durant la nuit », avait-il détaillé.

 

Source : www.lappelafricain.com 
  Autres Articles dans la même catégorie